Dystrophie Myotonique de Steinert

 

 

 

 

 

 

 

DERNIÈRES NOUVELLES

09 Janvier 2017

Essai clinique IONIS-DMPK-2.5RX

Ionis Pharmaceuticals a récemment complété un essai clinique de phase 1/2 pour évaluer IONIS-DMPK-2.5Rx chez des patients atteints de dystrophie myotonique. IONIS-DMPK-2.5Rx a été conçu pour éliminer les ARNs DMPK toxiques dans le muscle, responsables des manifestations musculaires de la maladie. Les résultats de cette étude montrent une petite, mais encourageante tendance dans la restauration des niveaux de biomarqueurs et dans la maturation des ARNs au cours de l'essai, mais les niveaux de médicaments mesurés dans les muscles ne permettaient pas d'atteindre le bénéfice thérapeutique souhaité pour traiter cette maladie. Pour cela, Ionis a décidé d'arrêter le développement du IONIS-DMPK-2.5Rx et de se concentrer sur le développement d'un médicament plus puissant pour cibler la DMPK en utilisant une nouvelle chimie (LICA chimie) faite à Ionis.

 

Juillet 2015

Le congrès international consacré aux dystrophies myotoniques (IDMC) qui se réunit tous les deux ans, s’est déroulé du 8 au 12 juin 2015 à Paris.

 

Principales avancées de la recherche clinique.

Sur le plan cardiaque: Une étude menée dans le service de Denis Duboc à l’hôpital Cochin à Paris, chez des malades ayant un pacemaker, a montré que 31 % d’entre eux sont décédés de mort subite. La moitié étant liée à des troubles du rythme cardiaque,  Il a été proposé la pose d’un défibrillateur au lieu du pacemaker pour les malades présentant une tachycardie ventriculaire ou une fibrillation auriculaire.

Risques de cancer. Plusieurs études antérieures ont montré une augmentation du risque de cancer chez les sujets atteints de dystrophie myotonique de Steinert. Une étude a cherché à démontrer si le risque de cancer du cerveau était augmenté dans la maladie. Bonne nouvelle, le risque de cancer du cerveau est très faible chez les malades Steinert.

Atteintes de la peau. Une étude a montré l'augmentation du nombre de grains de beauté, non cancéreux, une augmentation de la sècheresse de la peau ainsi que des dermatites séborrhéiques, c’est-à-dire des rougeurs et des squames au niveau du cuir chevelu chez les malades atteints de maladie de Steinert.

Principales avancées de la recherche thérapeutique

Le fait majeur de l’IDMC10 est le lancement d’un essai clinique aux États-Unis. Cet essai porte sur 80 malades adultes qui recevront un traitement ou un placébo. L'objectif de cette étude est de déterminer la toxicité du médicament chez les malades. Le recrutement des malades est terminé et l'essai clinique sera de 6 semaines. On devrait avoir les résultats courant 2016. Un premier pas est donc franchi, mais il faut rester prudent. D’une part, le médicament détruit aussi bien les ARN mutés que les normaux d'où la possibilité d'effets toxiques. D’autre part, une étude chez la souris montre que le traitement par un seul médicament semble ne pas être suffisant pour corriger efficacement la maladie.

Ces données suggèrent donc la nécessité de développer de nouvelles pistes thérapeutiques. Au cours de ce congrès, plusieurs nouvelles pistes prometteuses ont été présentées. L'une d'entre elle porte sur l'inhibition d'une enzyme responsable de la dérégulation d'une protéine, appelée CUGBP1, qui semble être impliquée dans plusieurs manifestations de la maladie. Il est intéressant à noter que cet inhibiteur est déjà utilisé en clinique et donc un essai clinique pourrait débuter rapidement. Par contre, beaucoup de ces nouvelles recherches thérapeutiques sont encore au stade embryonnaire et il faudra plusieurs années pour juger de leur efficacité, mais l'espoir demeure.

Parmi les autres progrès présentés il faut souligner le développement de nouveaux modèles de la maladie, comme des cultures neuronales humaines de patients atteints de la maladie ainsi que des  modèles de souris, essentiels pour le criblage de médicaments.  Par ailleurs des progrès significatifs ont été présentés sur les mécanismes de la maladie qui peuvent ouvrir de nouvelles pistes thérapeutiques.

Ce 10ème IDMC ouvre  des perspectives thérapeutiques  pour les malades. Bien que le chemin à parcourir reste long, l'espoir d'un traitement pour cette malade est de plus en plus probable.

Décembre 2014

Bonne nouvelle en ce temps des fêtes.

Isis vient d'annoncer le début d'un essai clinique de phase I/II chez 36 sujets atteints de dystrophie myotonique.

Il s'agit d'un essai de 24 semaines, effectué dans 4 universités américaines. L'objectif est de démontrer la sécurité et la tolérance de l'oligonucléotide administré par injection sous-cutanée. Il s'agit de l'oliogonucléotide que nous avons identifié dans mon laboratoire. Les résultats sont attendus pour mai 2016.

Juin 2014

Isis Pharmaceurticals, Inc a annoncé aujourd'hui le début d'un Essai clinique de Phase 1 pour la dystrophie myotonique

Il s'agit d'un essai chez des volontaires dont l'objectif est d'évaluer la tolérance et toxicité d'une seule dose de médicament. Si les résultats sont positifs, un essai clinique sera entrepris chez les malades dont l'objectif sera de déterminer la dose de médicament à administrer.